Typographie & Civilisation
MyFonts

Sommaire de l'affaire Gutenberg

Le vrai nom de Gutenberg
 Le vrai nom de Gutenberg

Pièces à conviction :
Comment ses contemporains appelaient Gutenberg ?

« Jehan Guthenberg »
Ordonnance du Roi de France Charles VII (6 octobre 1458)

« Ioannes dit Bonnemontagne »
Lettre de Guillaume Fichet, Recteur de l'Université de Paris à l'érudit Robert Gaguin (ca 1470) [Bonnemontagne se dit Gutenberg en allemand]

« Juncker Hansen von Guten berck »
Poème de Hans Foltz, chirurgien, barbier et imprimeur à Nürenberg (ca 1470)

« Johannes Gutenberg Zumiungen »
Chronique de Matteo Palmieri (1483)

« Joannes Gutember »
Chronique de Bossius Donatus (1492)

« Joannes Genssfleisch »
Panygérique de J. Herbst de Lauterbourg (1494)

« Cutembergus »
Chronique de Baptista Fulgosus (1494)

« Johannes Gutenbergk »
Epithoma Germanorum de Jacob Wimpheling (1505)

« Johann Güttenbergk »
Dédicace d'un Tite-Live de Ivo Wittig à l'Empereur

« Jo. Gutenberg »
Pierre apposée sur la maison du Mayençais par Ivo Wittig (1506)
 

Plaidoirie :
Gutenberg s'appelait Johan Gensfleish zur Laden zum Gutenberg

Pour le prénom, le doute n'existe pas. Les chroniques sont d'ailleurs concordantes : Gutenberg se prénommait Johannes (en latin). Johann et Hans ne sont que des traductions allemandes de ce prénom si répandu en Europe à cette époque.

Le nom de famille pose plus de difficultés. Gensfleisch est le nom de famille du père de Gutenberg, Friele. C'est également le nom d'une maison que la famille de Friele avait autrefois habitée (Hof zum Gensfleisch). 'Zur Laden' fait référence à une autre maison que possédait Friele, patricien mayençais (Hof zur Laden). Et fort logiquement, 'Zum Gutenberg' fait référence au Hof zum Gutenberg, maison que Friele devenu adulte habita et dans laquelle vécu vraisemblablement le jeune Johann.

Dans un texte strasbourgeois de 1434, Gutenberg se nomme ainsi : « Ich Johann Gensefleisch der Junge genant Gutenberg », « Moi, Johann Gensefleisch le jeune dit Gutenberg ». Gutenberg ne serait donc que le surnom du Mayençais. Toutefois, ce surnom va rapidement prendre le pas sur son nom originel puisque des textes strasbourgeois ultérieurs, le baptiseront « Hansse Gensefleisch de Mayence que l'on appelle Gutenberg ».

Il est à noter que le Hof zum Gutenberg resta la propriété de l'inventeur jusqu'en 1462, date à laquelle l'archevêque Adolphe de Nassau, vainqueur de la guerre civile, la confisqua pour la louer à un certain Wilvung. Le successeur d'Adolphe utilisa la maison pour y fonder en 1477, l'université.